éditions grèges 14 rue émile zola 34000 montpellier

 

avis de parution

 

septembre 2012

 

Urszula Koziol

 

Suppliques

 

Traduit du polonais par Isabelle Macor-Filarska et Agata Kozak.

 

Ce recueil d’Urszula Koziol qui paraît près de dix ans après La grande Pause (1996), en 2005, à Wroclaw, est le premier de ses trois derniers recueils (Przelotem/De passage, 2007 ; Horrendum, 2010) que relient une thématique, le passage du temps, et une tonalité, l’émerveillement, la célébration de la vie avec en contrepoint le désarroi, la stupeur et l’effroi face à ce constat : la vie s’achève, l’homme est expulsé du temps qui lui a été imparti et il s’éloigne inexorablement de la rive. Le recueil Suppliques a été nominé pour le Prix Nike 2006, l’un des prix les plus prestigieux en Pologne. L’auteur y développe un adieu bouleversant à la vie au moyen d’une poétique subtile, raffinée, se référant à la mémoire intime, à la description des phénomènes, de la nature, à l’histoire, aux poètes et aux philosophes qui l’ont précédée. Elle élabore un processus d’apprivoisement de la mort, elle se prépare, elle revisite l’expérience de vivre, ses liens avec les êtres, ses attentes et ses déceptions, elle célèbre le miracle de la vie et s’interroge sur l’absurde de la condition humaine. Elle acquiesce et se révolte encore, s’émerveille et désespère au sein d’une poétique complexe, éblouissante, qui puise à une métrique variée, travaille et stylise la métaphore en se nourrissant de diverses strates du langage, archaïsmes, conventions romantiques, recherches formelles d’avant-garde, variations sur la polysémie, citations. Au long du recueil se déploie une réflexion sur le temps qui passe, la beauté de la vie saisie dans l’instant qui ne se répète pas, unique et fugace. La contemplation de l’instant, des paysages, la méditation y occupent une place singulière exposant le rapport qui se tisse entre le sujet du poème et les éléments naturels par le moyen du vers, de la parole poétique, de l’image et de la musique. La réflexion menée en maints poèmes sur le processus de création poétique se double d’une réflexion sur le processus de vivre ou plus exactement « le métier de vivre ». Le ton du recueil est aussi dramatique qu’ironique et malicieux, vif tout autant que nostalgique. Le contenu de cette poésie réflexive semble se rassembler dans le long poème qui clôt le recueil : Extinction.

Urszula Koziol  est née en 1931. Poète, romancière, dramaturge, rédactrice du mensuel littéraire et artistique « Odra », chroniqueuse, auteur de livres pour enfants, elle a reçu de nombreux prix tels le Prix Koscielski de Genève, le Prix du PEN CLUB, Le Premier Prix de la Culture de Silésie de la Région de Basse Saxe ; en Allemagne le prix Eichendorff (2002) lui a été attribué et en 2003, elle a obtenu le titre de Docteur Honoris Causa de l’Université de Wroclaw. Elle a publié une douzaine de recueils de poésie, tous inédits en français : Au rythme des racines (1963), La traînée de lumière et le rayon (1965), Liste de présence (1967),  Au rythme du soleil (1974), Carnet de regrets (1989), Les stations du mot (1994), La grande pause (1996), En l’état fluide (1998), Suppliques (2005),  De passage (2007).  Elle est l’auteur de deux romans : Les stations de la mémoire (1964) et  Des oiseaux pour la pensée (1971). En France, des poèmes et fragments de prose sont dispersés dans diverses revues.

Suppliques

500 exemplaires sur centaure naturel 110 g

72 pages au format 16 x 22 cm

isbn : 978-2-915684-33-9

Prix public : 12 €